• Source : Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources - Forestry Archive, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

  • Source : David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

Options de contrôle

Plusieurs options de contrôle s’offrent à vous pour la gestion de vos frênes, selon les symptômes observés.

Un tableau récapitulatif vous est présenté dans la prochaine section pour vous aider à prendre une décision éclairée.

Surveiller : faire le suivi de vos arbres

Après avoir identifié vos frênes, vérifiez leur état de santé et les possibles signes et symptômes de la présence de l’agrile. N’hésitez pas à consulter un spécialiste (arboriculteur) en cas de doute.

Plusieurs options de contrôle s’offrent à vous pour la gestion de vos frênes, selon leur degré de d’infestation. Un tableau récapitulatif vous est présenté dans la prochaine section pour vous aider à prendre une décision éclairée.

Traiter avec un pesticide à base végétale

Les frênes peuvent être traités préventivement contre l’agrile du frêne à condition que l’infestation de l’arbre n’en soit qu’à ses débuts, c’est-à-dire si aucun signe ou peu de symptômes sont  visibles, par exemple si la cime de l’arbre est dégarnie à moins de 30% de sa surface.

Le TreeAzin, un produit homologué au Canada pour traiter les arbres contre l’agrile du frêne, a été développé par Ressources naturelles Canada et la compagnie BioForest. Il est fabriqué à partir d’une substance répulsive produite naturellement par un arbre exotique, le margousier.

Les traitements au TreeAzin sont susceptibles de maintenir les frênes sains pendant des périodes prolongées, et ce, à un coût équivalent ou inférieur à l’abattage et au remplacement d’un arbre.

L’efficacité du traitement est optimale lorsque l’arbre est peu ou pas affecté. Les traitements devront se faire entre le mois de juin et la fin du mois d’août – l’idéal étant de traiter en début de saison. Le traitement au TreeAzin devra être répété aux deux ans. Dans des circonstances de grande infestation, il sera indiqué de traiter deux années de suite à certains moments (information technique de Bioforest).

L’application du TreeAzin ne peut être effectuée que par un arboriculteur ayant une certification de la compagnie Bioforest.  Le pesticide à base végétale ne se retrouve donc pas en vente libre.

 

Frênes traités au TreeAzin</br>Source : BioForest Technologies Inc.

 

 

 

 

 

 

 

Voir : La liste des arboriculteurs certifiés pour appliquer le traitement au TreeAzin.

Traiter un frêne sur une longue période permet de :

  • Conserver l’arbre et ses services écologiques.
  • Planter un nouvel arbre et lui donner le temps de pousser et, dans une certaine mesure, laisser passer le pic d’infestation du ravageur ainsi que le temps à la recherche de développer de nouvelles pistes de solutions

Malheureusement, certains frênes ne pourront être sauvés. Il est important de planifier l’abattage de l’arbre si le traitement n'est pas souhaité ou s’il est exclu.

Abattre et remplacer

Si vous avez un frêne infesté et que les signes sont visibles, vous pouvez abattre votre arbre entre le 1er octobre et le 15 mars. À l’extérieur de cette période, les insectes sont présents au stade adulte et peuvent ainsi facilement se propager, notamment par le déplacement du bois de frêne infesté, ce qui risque d’engendrer de nouveaux foyers d’infestation.

Informez-vous auprès de votre municipalité concernant l’abattage de vos frênes, car vous pourriez avoir besoin d’un permis pour procéder. Chaque propriétaire est responsable de l'entretien et de l'abattage des arbres situés sur sa propriété. Le remplacement d’un arbre devra aussi être assumé par le propriétaire, à moins que votre municipalité locale n’ait mis en place un programme de subvention pour ce faire.

Un arbre mort est un arbre dangereux!

Il  constitue un problème de sécurité publique, soit par le risque de chute de branches ou par son affaissement complet. De plus, un arbre mort coûte plus cher à abattre qu’un arbre vivant. Le risque de chute de branches est important et doit être considéré, tout comme la menace au réseau hydroélectrique et de télécommunication. Son abattage préventif permettra également d’éviter les situations d’urgence. La crise du verglas est un exemple éloquent.

Que faire des résidus de bois ?

Voici quelques conseils qui aideront à limiter la propagation du ravageur : 

  • Abattre les frênes infestés lors de la période suivante : 1er octobre au 15 mars, sauf dans des cas particuliers posant des problèmes de sécurité publique. Contactez votre municipalité avant tout abattage.
  • Éviter de mettre les branches de frêne dans la collecte des ordures ménagères. Suivez les consignes de votre municipalité ou veillez à les faire broyer en copeaux (plus petits que 2,5 cm x 2,5 cm).

Ne pas déplacer de bois potentiellement infesté hors de la zone réglementée par l'ACIA.