• Source : Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources - Forestry Archive, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

  • Source : David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

Sa provenance

L’agrile du frêne est originaire d’Asie. Sa présence en sol nord-américain a été confirmée pour la première fois en 2002, dans les régions de Détroit aux États-Unis et de Windsor en Ontario, après que des signes évidents d’infestation et de dépérissement des arbres y furent observés.

Au Québec, c’est à Carignan, en 2008, que l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) a confirmé sa présence. Gatineau et Montréal ont suivi en 2011. Depuis, l’agrile du frêne a été observé dans plusieurs MRC.

Voir la carte de l’ACIA qui montre les zones où l’agrile a été détecté.

Lieux réglementés pour l’agrile du frêne au Canada</br>Source : ACIA

La cause la plus probable de la présence de l’insecte sur le continent aurait été son introduction par des navires marchands internationaux, comme « passager clandestin » dans des marchandises ou du bois d’emballage. L’agrile du frêne connaît une croissance effarante car d’une part, n’ayant pas coévolué avec l’insecte, les frênes nord-américains ont peu de défenses naturelles et d’autre part, il y a peu de prédateurs naturels. L’insecte est aussi bien adapté à notre climat. On estime que 100 millions de frênes auraient déjà été décimés par l’insecte (Donovan et al., 2013).