• Source : Pennsylvania Department of Conservation and Natural Resources - Forestry Archive, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

  • Source : David Cappaert, Michigan State University, Bugwood.org

  • Source : Christopher Asaro, Virginia Department of Forestry, Bugwood.org

Une disparition qui inquiète

Le  frêne a été planté massivement dans les villes au cours du dernier siècle (souvent en monoculture sur les boulevards), car cette essence montre à la fois une grande résistance aux conditions urbaines tout en ayant peu de maladies. Du moins, cela était vrai avant l’arrivée de l’agrile du frêne sur le territoire. La situation est donc désormais tout à fait différente!

Les arbres fournissent plusieurs biens et services écologiques. La disparition des frênes, qui constituent assez souvent une part notable des arbres en milieu urbain au Québec, entraînera de nombreux impacts :

  • Perte de la canopée (couvert arborescent) et perte de biodiversité
  • Perte esthétique du paysage et de la qualité de vie
  • Hausse des températures en période de canicule et des coûts de climatisation
  • Baisse de la qualité de l’air
  • Augmentation des risques d’inondation en milieu urbain
  • Hausse de la pollution sonore
  • Perte des usages commerciaux du frêne
  • Perte de la valeur foncière des propriétés
  • Coûts d’abattage et de reboisement
  • Impacts sur la santé humaine (cardio-respiratoire).